mardi 16 janvier 2018

In the End



Auteur : le groupe PINK Psycho (Heath & Nheira)
Genre : Yaoi
Parution : 2009
Nombres de tome : un (One-Shot)


Résumé :

Kaito Niikura est un lycéen incompris qui se rend d'ailleurs que très peu souvent en cours. Il préfère traîné en boite et sortir avec ses amis. Un jour, il rencontre un de ses professeur à la gare, cette rencontre vas les attirés l'un comme l'autre. Une relation vas t-elle pouvoir naître malgré le poste de Ren, le professeur et des angoisses de Kaito ?



Mon opinion :

J'ai souhaité lire ce Yaoi à cause des dessins et du style des personnages (Je vous ai dis que j'étais gothique dans ma jeunesse ? Ah et bien je l'avoue ici.) Bref, dans l'univers Yaoi, on vois les illustrations de ce manga un peu partout, intrigué, j'ai donc cherché à le lire.
Déçut, peut-être avais-je mise la barre un peu trop haut inconsciemment, il n'empêche que In the End ne mérite pour moi que la note de onze.

-Les illustrations, le style de dessins et le look du personnage principal est vraiment original et comme j'ai pu vous le dire plus haut, c'est cela qui m'a attiré. Le style du mangaka est très sombre autant dans l'écriture que dans le dessin. D'ailleurs, si on fait quelques recherche sur les deux auteurs , on se rends compte qu'ils tirent leurs inspirations sans nul doute de leurs styles personnels et de leur musique rangé dans le Visual Kei.

-Qu'elle à était ma surprise lorsque les auteurs, appartenant à un groupe allemand/coréen comme vous avez pu le comprendre dans In the End, à mentionné le groupe The gazette. Groupe de Visual Kei que j'ai découvert grâce à ami et j'aimerais à présent vous le faire découvrir avec deux de mes chansons préférées : Cassis & Filthin the Beauty.

-L'écriture est plutôt belle, je veux dire par là que d'une certaine manière, pour la trouver belle je pense qu'il faut avoir été à un moment de sa vie dans une certaine déprime voir totalement dans une dépression afin d'en comprendre l’intensité des mots.


-L'histoire ce déroule vraiment, vraiment, trop rapidement. On n'a pas le temps de suivre un événement qu'un autre arrive sous nos yeux. D'ailleurs une personne normalement constituer ne tombe pas amoureux aussi rapidement (mais bon sur ce sujet là je ferrais mieux de me taire, #team célibataire à vie). Bien sûr, Heath & Nheira l'on affirmés eux-même dans leurs Yaoi qu'être obligé de faire tenir une histoire en un seul tome n'est pas facile.

-L'intrigue n'a pas beaucoup d'intérêt : Elle ne tourne qu'autour d'une histoire d'amour « professeur-élève », alors qu'elle aurait pu être un million de fois plus profonde que ça. [Spoil] L'auteur aurait pu parler de la découverte de l’homosexualité par les parents du personnage principal ou des problèmes de drogue de celui-ci, ou encore du renvoi du professeur... [fin spoil] On l'aura compris, ils aurons clairement manqué de temps.


-La fin, c'est ce qui m'a le plus déçut. J'étais là, « oh non, tout mais pas ça. » Il n'y à vraiment aucune originalité dans la manière de terminé ce Yaoi.


Extraits et citations :

"Je ne comprend pas pourquoi tu veux être avec moi. Personne d'autre ne le veut. Ne vois tu pas combien je suis horrible à l'intérieur?"


« Qu'ai-je fait pour que tu me traite comme ça. Papa? Pourquoi me déteste tu autan? Pourquoi suis-je né? Tu dis toujours que... Tu n'as jamais voulu un fils comme moi. Pourquoi tout ce que je fais ne te convient jamais? J'ai arrêté d'essayer de te plaire. Maintenant je ne satisfait plus que moi-même! »


Points faibles de In the End :

-L'histoire qui se déroule trop rapidement.
-L'intrigue trop plate comparé à ce qu'elle pourrait-être.
-Une fin encore plus décevante que le reste du manga.


Points forts In the End :

-Le style bien particulier des illustrations et des personnages
-Les références présentes.


Cible :


C'est un Yaoi sans aucune relation intime, clairement on vois rien mais, l'univers est assez sombre (drogue, dépression, abandon parental...) Donc je le conseil pas avant quatorze-quinze ans.

lundi 15 janvier 2018

Monochrome Animals


Auteur : Ryoko Fukuyama
Genre : Shôjo (amour-amitié-scolaire)
Parution : 2008-2012
Nombres de tomes : 12


Résumé du tome 1 :

Kureha n'a plus de famille, elle doit donc vivre chez ses oncles et tantes qui ne l'acceptes gère, alors lorsqu'elle tombe sur une inscription à la prestigieuse Kedamono High school tout frais payés, elle ne perd pas une minutes pour si rendre. Très vite elle se rendra compte que quelque chose cloche : Les résidant sont loin d'être similaire à elle et pas seulement au niveau social, ils ne sont tout bonnement pas humains. Seulement il n'y à pas de retour en arrière, ou irait-elle sinon ? Elle qui n'a plus de chez elle depuis des années, elle va devoir défendre sa vie entourée de bête pas si sauvage que ça.



Mon opinion :

J'attribue une note global de dix-sept pour la Saga Monochrome animals. Cela aurait était très certainement un coup de cœur si le dernier tome ne se serait pas terminé de cette manière.

Je ne sais pas si je vais être très subjectif car, c'est un des mangas que j'ai connue lorsque j'étais dans l'adolescence. J'ai toujours aimé ce concepts reliant à la fois animaux et être humain dans le même corps (c'est un peu bizarre dit comme ça toute fois), même à mon age, la vingtaine, le concepts m'a séduite à nouveau.

-Premier constat avec le tome un, l'histoire avance peut-être un peu trop rapidement. De ce faite l'auteure ne créer pas ou peu de suspens. Évidement, ce défaut s’atténue dans l'avancée des tomes, pas de soucis.

-On remarque également que l'auteure ne s'embête pas trop pour les détails, les explications arrive naturellement mais, manque à mon goût de détails pour être vraiment crédibles.

-Alors que la plus part des auteurs nous pondent toujours le fameux « triangle amoureux » Mdr, Ryoko Fukuyama est d'un tout autre level. Son imagination et son originalité sont vraiment admirables, elle ne fait rien « comme les autres ».

-Je vous préviens, plus les tomes défiles et plus on se rends compte du sadisme certains de la part de l'auteure : sur les personnages mais, également sur ses lecteurs. C'est pas faute d'avoir était prévenus, Ryoko l'a elle même avouer dans ses Shôjo !

-Arrivé dans les derniers tomes, on se rends compte que Monochrome animals est devenue vraiment addictifs, on hâte de savoir comme l'auteure va pouvoir s'en sortir et en même temps aucune envie de dire au-revoir à cette saga et à ses personnages plus qu'attachants.

-Nous voilà au fin fond du problème comme j'ai pu le citer plus haut : La fin, le tome 12. La raison de pourquoi cette saga que j'ai tant aimé lire n'a pas sa place dans mes coups de cœurs. La rapidité dont à fait preuve l'auteure pour conclure ce Shôjo m'a beaucoup déçu. J'ai clairement trouver qu'il manquait un chapitre...

Extraits et citations :

"Pour être honnête je ne sais même pas ce que sa fait d'être amoureuse.
-Moi je vais te le dire. On suit inconsciemment cette personne du regard, on se rend compte qu'on rougit, on à souvent le souffle coupé... On agit sur des impulsions. C'est ça "aimer" (T4)

"Y en a qui voient un lapin pour la première fois... Tu vas te faire bouffer.
-Haaa... Il vas encore falloir me battre pour ma vie....
-Je laisserai personne porter la main sur toi. " (T7)

"C'est pas un adieu. Me dire de revenir... C'est dire que ma place est ici. Alors, ouais je vais y aller. Aller me battre pour défendre cette place pour revenir ici, Kureha. " (T8)


Points faibles

-L'histoire que l'auteure à voulue lancer sur les chapeaux de roues (tome 1 rapide)
-L'auteure ne s'embête pas avec les détails ce qui est un peu dommage.
-Le brusque changement de la personnalité de Kion, peut naturel.
-La fin de la saga, il manque à mes yeux au moins un chapitre.


Points forts de Monochrome Animals :

-L'humour (assez noir) très présent.
-Le concept humain-animal
-Des dessins moderne et jolie à regarder.
-Son originalité sans limite



Cible :

Bien sûr c'est un shôjo donc entendez par là destiné au jeunes filles/ adolescentes. Toute fois il n'y à pas de limite d'âge ou de sexe quelque soit le livre. Lancez vous si le concept vous plaît, pas la peine de se mettre des barrières. 


samedi 13 janvier 2018

King's Game


Auteur : Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
Genre : Seinen
Parution : 2013-2014
Nombres de Tomes : 5


Résumé tome 1 :

King's Game nous plonge comme son titre l'indique : dans le jeu du roi. Celui-ci commence par une nuit identique à toutes les autres à un détail près : 32 élèves d'une classe comme les autres, reçoivent un mail du « roi ». Toute les 24h serons mouvementé de la même façon à présent : Le roi ordonne, les participants forcés doivent s’exécuter sous les 24 heures sous peine de gage : la mort. Parviendrons t-ils à démasquer celui qui joue avec leurs vies ?


Mon opinion :

Une saga assez bien tournée à laquelle je met la note de seize.

-King's game m'a était proposé sur un site, je ne sais plus exactement lequel, BookNode ou Babelio, parce que j'avais lus la saga Doubt. J'avoue que les univers sont assez similaire.

-On y retrouve des dessins sombres et sanglant, tout comme l'univers général du manga, mais qui reste très agréable à regarder.

-Une trame ou trône suspenses, trahison, mort, mystère, jeu de survie... On est clairement dans un thriller psychologique.


-Grâce au récapitulatif des morts en début de chaque manga on se rend compte que ça avance très vite. Peut-être même trop ? L'histoire tiens en cinq tome est c'est déjà beaucoup (pas sous le sens ou ça fait long à lire mais ou les sagas typé horreur fond rarement plus de tomes.) Mais j'ai trouvé que c'était pas la peine que les deux auteurs crées autant d'élève dans cette classe pour que certain meurt sans qu'on les ai connus.

-J'en viens aux détails qui à fait que cette saga ne mérite pas plus : Pour commencer les personnages apparaissent petit à petit, d'un coté c'est bien qu'ils ne soient pas tous présenté tous en même temps car ça ne servirait à rien. Mais, les auteurs s'en servent juste au moment ou ils en ont besoin, je trouve donc que les personnages ne rentrent pas naturellement dans le scénario. Certains personnages n'ont même qu'une seule phrase et c'est juste avant qu'ils ne meurs. Donc au final on comprend qu'à chaque fois qu'on voit un personnage c'est qu'il va mourir d'ici quelques pages : Le suspens en prend un coup.

-De plus, ce Seinen manque cruellement de réaliste au niveau des événements qui se déroule. D'accord, plusieurs fois on entend parler de police tout ça. Seulement il se passerait quelques choses de similaire dans la vie réelle, je pense que les parents, les professeurs et la police réagirais un peu plus … C'est qu'un manga c'est sur mais c'est quand même un point faible pour moi.

-King's Game souffre également de suivi dans son scénario, plusieurs moment m'ont frappé et je pense pas être passer à coter de ça, je vais vous citer un exemple : [Spoil] Dans le tout dernier tome, le cinq, au moment de jeter les dés, ont apprend qu'un personnage secondaire, une fille, c'est ouverte les veines et est donc à l'hôpital. Puis plus rien, on ne reparle plus d'elle, Nayoa ne cite même pas son nom. Donc techniquement ils y a deux survivant dans ce jeu?[Fin du Spoil]

-Ce qui m'a un peu déçut également c'est que dans les premiers tomes, les défis ne tourne qu'autour du sexe. Bien sur, c'est la cible visé qui fait que les auteurs en ont placé autant mais, je pense qu'ils auraient pu très bien en glisser par si par là sans pour autant en abusé. Il y avait une multitude de défis plus intéressants que de faire se répéter des défis du genre « un tel embrasse/couche avec un tel ».

-Les personnages ne sont pas franchement originaux et je reproche surtout le personnage principal ; Nobuaki, on s’aperçoit qu'il est plutôt discret en classe et au final toute la classe repose ses espoirs sur lui.... On repassera pour la crédibilité. Dans Doubt c'était pareil.

-Pour finir, la fin, évidement. L'intrigue à placer la barre très haute, plus les tomes passaient, plus le mystère devenait complexe, alors finir sur une note pareille... A mes yeux, la fin de King's game n'est pas à la hauteur. Il n'y à vraiment plus de suspens dans les deux- trois derniers chapitre.


[PS] : -L'un des auteures se prénomme Nobuaki tout comme le personnage principal, j'ai trouver ça assez marrant cette dédicace.
-A l'origine King's game était un roman sur téléphone (très courant au japon) créer par Nobuaki Kanazama.


Extraits et citations :

« On était une classe normale, comme on en voit dans n'importe quel lycée. On se disputait, on chahutait... Pourtant, parmi nous se trouve quelqu'un qui à pris la vie de cinq personnes. On doit l'identifier à tout prix ... Ou ce jeu démoniaque ne se terminera jamais! » (T2)


« A supposer qu'il existe un moyen d'en finir avec ce jeu... Combien de vie est ce qu'on va devoir sacrifier pour le découvrir ? » (T2)

« Il a fait passer les autres avant lui. Alors qu'en vérité... C'est sans doute ta voix qu'il aurait voulu entendre en dernier. » (T3)


Points faibles de King's Game :


-Dommage que les défis ne tournent qu'autour du sexe
-Manque de réalisme au niveau des événements qui ce déroule (le suicide de deux ado le même jours accepté sans broncher et j'en passe)
-Pas assez de suivis dans le scénario, quelques détails sont laissé de coter (volontairement ou non) de la part des auteurs.
-Des personnages assez banals
-L’apparition des personnages secondaires, peu naturelle.


Points forts de King's Game :

-Les dessins agréables malgré le genre, horreur, du manga.
-Un mystère qui se tiens jusqu'au dernier tome.
-Une intrigue digne d'un triller psychologique.


Adaptation :

King's Game à était adapter en film (drama) sous le nom Ōsama Gēmu en 2011 par Tsuruta Norio et en animé (une saison) de douze épisodes prévue pour octobre 2017 (je ne sais pas si ou peu déjà trouver les épisodes). J'ai très très hâte de visionné tout ça !


Cible :

Autant vous prévenir tout de suite : Le manga est classé horreur, c'est pas juste un thriller, pas de censure, ceux qui souhaite du sanglant et du glauque serons servis. Il n'est pas classé Echi pourtant il pourrait l'être aisément. Ceux qui comme moi on apprécié Doubt, les univers sont très similaire alors n'attendez pas pour vous lancer. Je le déconseille avant quinze ans, même si ce n'est qu'un manga, les dessins et l'ambiance peu très bien devenir impressionnant pour les plus jeunes.


mardi 9 janvier 2018

Ps I Love You



Auteur : Cecelia Ahern
Genre : Contemporain / Drame
1 er Parution : 2004
Nombres de pages : 414 (édition J'ai lu)


Résumé :

Holly est une jeune femme qui se retrouve veuve à l'âge prématuré de trente ans. Elle à bien du mal à remonter la pente mais, elle réalise qu'elle peut toujours compter sur ses amis, sa famille mais aussi et surtout, bien que surprenant, son mari. C'est un homme de promesse qui à tout planifié pour l'accompagner dans son propre deuil.


Mon opinion :

Une note de treize pour ce roman, il ne devait vraiment pas mettre destiné... Ce n'est pas qu'il soit nul en soit mais, il fait beaucoup trop « vieux jeux » et fleure bleu à mes yeux. Je m'explique :

-D'abord tout le sujet du roman tourne autour de l'amour. Une femme perd son premier amour, son meilleur ami, son mari le tout en une seule personne. D'accord, on parle un peu de la douleur mais, l'auteure ne s’étend pas non plus. Ce que je n'ai pas aimé c'est le message qu'elle à fait passer : On ne vit que pour aimer. C'est ce que clame son personnage principal en tout cas et, je ne suis pas de cette avis. Il y à beaucoup de chose qui peut maintenir en vie, il n'y à pas que l'amour bon sang !

-Le personnage principal m'a au début fait ressentir de l'empathie mais, plus j'avançais dans le roman et plus elle m'agaçait. Elle avait un bon raisonnement la plus part du temps mais, dès que le sujet tournait autour de l'amour c'était vraiment inconcevable pour moi de lire des trucs pareil. « Je ne vivais que pour être la femme de Gerry » Peut-être que certain(e)s lecteurs pense de la même façon, je suis pas là pour juger mais, j'ai l'intime conviction qu'on vit déjà et surtout pour soit-même pour ses rêves et ses envie.

-Heureusement, le second thème (enfin le troisième puisque le second est le deuil) est celui de l'amitié et celui-ci est beaucoup mieux représenté : Des hauts et des bas, des vrais des faux... L'auteure à fait un bon travail au niveau de ce thème.

-J'ai beaucoup aimé le concept des lettres, même si tout cela manquais de suspense.



Points faibles de PS : I love you :

-Les chapitres trop longs
-Trop de longueurs et de détails sans importances.
-La personnalité du personnage principal, Holly.
-Le message principal que veut faire passer l'auteure : On ne vit que pour chercher notre « âme sœur », non.


Points forts PS : I love you :

-L'amitié y est bien représenté
-Une belle écriture de la part de Cecelia Ahern
-Elle à raison pour le thé : c'est la solution à tout nos problèmes !
-Le concept originale des lettres


Extraits et citations :

« Mais je ne suis qu'un chapitre de ton existence, il y en aura beaucoup d'autres. Rappelle-toi nos merveilleux souvenirs , mais n'aie pas peur de t'en faire d'autres. »

« Certains passent leurs vie à chercher l'âme sœur sans jamais la trouver. Jamais. Vous et moi l'avons connue, pendant un temps trop court. C'est triste mais c'est la vie. »


Adaptation :

PS I love you est sorti en film sous le même titre en 2008 réalisé par Richard LaGravenese. Je ne l'ai encore malheureusement pas visionné, je ne peux pas vous dire s'il suit le livre, s'il est mieux ou si ce n'est même pas la peine de tenter le visionnage.


Cible :

Les lecteurs qui aime les histoires sentimentales dans lesquelles on retrouvent un humour léger, une écriture touchante, des drames mais, aussi des prises de consciences.




lundi 8 janvier 2018

Les mystères de Harper Connely (T1): Murmures d'outre-tombe


Auteur : Charlaine Harris
Genre : Fantastique/ Policier
1 er Parution : 2006
Nombres de pages : 280 (édition j'ai lu)


Résumé :

Harper Connely à un don qui ne fait pas l'unanimité chez tout le monde : En effet, elle est capable de retrouver des cadavres et de déterminé la cause de leur mort, ce depuis l'age de quinze ans, depuis qu'elle à était frappée par la foudre. Depuis, elle à grandit, elle à maintenant vingt-quatre ans et, accompagné de son demi frère par alliance, elle parcoure les États-Unis car son don est devenu son métier.



Mon opinion :

J'ai mis la note de treize à ce premier tome, loin d'être convaincu mais, comme d'habitude, j'ai achetée tout les tomes d'un coup. Faut vraiment que j'arrête de faire ça... Plusieurs choses m'ont dérangés :

-Déjà, dés le début cette histoire, c'est le gros bordel au niveau des prénoms, l'auteure présente beaucoup trop de personnages secondaires à la fois, je me suis littéralement mélangé et je ne pense pas être la seule dans ce cas-ci.

-Ensuite, l'univers « tout est lier » du style ville de campagne, c'est vraiment pas destiné pour moi... J'ai trouvée que ça tournait en rond pour pas grand chose en plus d'être « cul-cul ».

-Trop de détails, vraiment, Charlaine Harris passe des pages à nous décrire le moindre changement, la moindre apparition, pas forcément constructive et intéressante de plus.

-L’alcoolisme des parents revient beaucoup trop souvent, j’exagère à peine si je dis qu'elle en parle tout les dix pages.... On peut en parler à plusieurs reprise mais, en parler juste pour en parler je vois pas l’intérêt mis à part au début pour préparé le lecteur. Mais, au bout d'un moment, il nous faut des info sans quoi ça devient laçant.

-Manque de suivi dans le scénario [Spoil] a un certain moment Hollis invite Harper au concert gospel et lui dit qu'il l'invitait à manger avant, finalement ils sont aller directement au concert et impossible qu'il y est eu une éclipse quelque part. [fin du spoil] Ce ne sont que des détails mais, c'est les détails qui détermines si un livre est bon ou non.

-Harper, la narratrice et entre autre l'un des personnages principaux, ne m'a absolument pas plus. C'est pas ça faute la pauvre, Mdr je l'avoue moi-même je suis absolument pas drôle vous avez le droit de me jeter la pierre. Plus sérieusement, j'ai sentie que l'auteure voulait la rendre « badasse » mais, tout en montrant quelques faiblesses. C'est loupée, Harper n'a rien de badasse à mes yeux, elle est même limites hautaines et sans le moins intérêt. J'ai absolument pas accroché avec ce personnage.

-Pour finir, la fin c'est vraiment du n'importe quoi, on se demande ce que fou les personnages principaux dans le scénario, à part servir à rien, même leurs répliques sont ignorés...

[Spoil ] Je soupçonne l'auteure d'écrire ces enquêtes afin de cacher le réelle bute de cette série : La relation entre les deux personnages principaux. Bien sur, il ne faut pas avoir Bac + trois pour s'en rendre compte. [Fin du spoil]

[PS] : Petite dédicace involontaire de la part de l'auteure pour les Carat, avec le gérant du motel prénommer Vernon, chercher pas, ça m'a fait rire.


Extraits et citations :

« Je me sentais aussi vielle que les monts Ozarks, en tous cas plus âgée que 24 ans. »

« Les morts peuvent attendre indéfiniment, mais les vivants sont toujours pressés. »

« J 'étais sûr que d'autres avant moi avaient fouillé les lieux- la police et Helen, bien sûr. Si ma fille se volatilisait, ce serait une de mes premières initiative. J'irais jusqu'à soulever les lattes du parquet.



Points faibles de Murmures d'outre tombes :

-Trop de détails inutiles.
-Manque de suspens.
-Une faiblesse au niveau du suivi du scénario.
-L'auteure à loupée la personnalité de Harper à mes yeux.
-La fin, qui m'a encore moins convaincue que tout le reste du livre.


Points forts Murmures d'outre tombes :

-Un tome qui ce lit rapidement.



Cible :


Pas forcement les lecteurs friands de fantastique, ce tome un tire plus sur le genre policier. Je pense que cette série est plus destiné aux adolescents, qui ne souhaitent pas lire une série très longue avec trop de pages. 


In the End

Auteur : le groupe PINK Psycho (Heath & Nheira) Genre : Yaoi Parution : 2009 Nombres de tome : un (One-Shot) Résumé ...